Obsession secrète – Peter Sullivan. Si vous aimez les films diffusés sur TF1 ou M6 sinon passez votre chemin.

Avec Brenda Song et Mike Vogel

Comment dire … J’ai plutôt aimé ce film parce que j’adore réellement les téléfilms diffusés sur TF1 et M6 et que je ne regarde pas H24 des films de Quentin Tarantino, mais je ne sais pas quoi dire de plus pour vous le faire aimer car en résumé : il est bourré de clichés !

Mais comme je suis sympa, je vais émettre une critique avec de l’humour car au final ce film est assez drôle (à sa manière). Il y aura sûrement du spoil mais comme il s’agit d’un téléfilm type TF1 ou M6, ça n’a pas grande importance car on connaît tous la fin.

Le début … prévisible

Le film commence par la tentative de Jennifer de fuir (la nuit et sous la pluie) un tueur (mais il aurait été cocasse et peu probable aussi qu’il soit juste un type voulant ouvrir des huîtres) muni d’un couteau et qui en plus porte une casquette, des chaussures du style Timberland et un ciré noir. Comme vous pouvez vous l’imaginer … elle échoue et se fait renverser par une voiture … (pas très douée la fille).

Elle est tout de suite envoyée à l’hôpital et arrive quelques minutes plus tard (j’insiste sur le « quelques minutes ») son « époux » inquiet (accessoirement on ne sait pas comment il a fait pour connaître tout de suite le lieu de son hospitalisation, bah oui, elle aurait pu être en vacances).

Quelques heures plus tard, le médecin se rend auprès de l’époux et lui indique qu’il est fortement probable que Jennifer soit amnésique à cause du choc pour une durée indéterminée. Et en effet elle l’est ! (Whouah quelle surprise !).

L’époux qui se nomme Russell (désolée pour l’omission du prénom) se rend à son chevet. Forcément, elle ne le reconnaît pas et lui en bon samaritain décide de « l’aider » à se remémorer leur mariage.

Quelques semaines plus tard (Jennifer toujours amnésique), Russell ramène sa femme dans leur maison (d’ailleurs qu’est-ce qu’elle est belle cette demeure !)

Mais le comportement de Russell semble inquiétant … Est-il son vrai mari ? (Spoil alert : NON).

Mon avis

Mon avis sera court mais il résume bien ce film à mon sens : c’est un véritable nanar et pour les raisons listées ci-après !

  • Tout est dans le titre !
  • Les personnages sont d’un cliché affligeant. Elle, la femme douce et innocente mais qui sait magnifiquement crocheter des serrures. En revanche, incapable de vérifier dès les premiers signes de bizarrerie de son mari s’il y avait une carte sim dans son téléphone ou une batterie ;
  • La fin est prévisible (oui le policier découvre le secret de Russell et oui la fille le tue) ;
  • Les scènes sont prévisibles, c’est affligeant : la voiture qui ne démarre pas, la fille qui fouille dans la maison mais oh ciel mon mari revient plus tôt, je dois me dépêcher de tout remettre en place !

Pour résumer : ce film a pour but d’être mis en fond sonore pendant qu’on cuisine, repasse, fait la vaisselle, etc. Mais ça passe le temps quand même.

Dispo sur Netflix si vous n’avez rien à faire un jour.

Publicités

The Invitation – Karyn Kusama. Devine qui vient dîner ?

Un thriller psychologique assez original

En cette ère de reboot, de remake, de « je te refais les dessins animés Walt Disney de ma jeunesse mais en Live Action » j’ai pris la décision, en ce mardi 20 août 2019, de ne consacrer mes articles relatifs aux films ou séries, qu’à des oeuvres originales ou adaptées d’un roman.

Ce film, The Invitation, s’inscrit donc dans cette optique.

Note pour plus tard : rédiger des articles qui traitent de films « légers » tels que Love Actually ou Bridget Jones.

Le début

Will (Logan Marshall-Green) est convié à un dîner de retrouvailles chez son ex-femme Eden (Tammy Blanchard) et son nouveau mari David (Michiel Huisman). Il est accompagné de sa nouvelle compagne Kira. Jusque là tout va bien. Lors de leur arrivée, l’ambiance y est un peu gênante car Will n’a pas vu Eden depuis la mort accidentelle de leur fils, mais Will semble ravi de la revoir ainsi que ses anciens amis dont il s’était éloigné.

L’ambiance s’étant un peu détendue, Eden raconte au petit groupe d’amis, la manière dont elle a rencontré David, à savoir lors de réunion de groupe de soutien aux personnes endeuillées. Elle évoque également la manière dont le groupe s’est soutenu tout au long de cette étape et les différentes manières de faire face au chagrin.

Cependant, Will n’est pas tranquille, il sent que quelque chose est différent chez Eden et que David tente délibérément de cacher certains détails.

D’un dîner plutôt classique chez des amis, Will va se retrouver en plein cauchemar.

Mon avis

J’ai été agréablement surprise par ce petit film « simple » aux premiers abords mais qui dévoile tout son potentiel au fur et à mesure.

Le film est assez lent (je préfère prévenir car ça ne peut pas plaire à tout le monde) sans pour autant être ennuyeux. Il y a très peu de musique, voire pas du tout, ce qui accentue l’ambiance assez oppressante. Il est vrai qu’il ne se passe pas grands choses au début. On se pose plus des questions comme « tiens, il/elle va faire ceci ou cela ? », « il/elle va-t-il/elle mourir dans des circonstances étranges ? »

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas regardé de huis clos et c’est toujours autant un plaisir, car ce qu’il y a d’intéressants avec ce type de films, ce sont les non-dits, les regards, la psychologie des personnages. Bon certes, la personnalité des « amis » n’est pas réellement développée dans ce film, mais les regards et les sous-entendus sont présents.

Logan Marshall-Green (que nous voyons assez peu malheureusement / accessoirement cet homme ressemble fortement à Tom Hardy, ce qui n’est pas pour me déplaire) est convaincant dans le rôle de ce père endeuillé qui malgré tout n’arrive pas à tourner la page. On assiste lentement mais sûrement à la descente aux enfers de son personnage.

Enfin, j’ai trouvé la toute dernière scène assez bluffante. Quoiqu’on en dise on ne s’y attendait pas vraiment.

Malgré tout, ce film aurait mérité quelques minutes supplémentaires afin d’approfondir quelques points mais ça le rend un chouilla mystérieux.

Disponible sur Netflix (comme de par hasard !).

Cinq Ami(e)s au soleil – Emma Sternberg. Parce que l’été n’est pas terminé !

Frais, léger, un roman feel good à dévorer près d’une piscine ou à la plage. A ne pas rater cet été !

Le début

Après avoir découvert l’infidélité de son compagnon Martin, Linn est totalement dévastée, mais plus que tout elle se sent terriblement seule. Cependant, le destin lui réserve une énorme surprise en la visite de Monsieur Cunningham chargé le jour de la découverte de l’infidélité de Martin, de lui apprendre qu’elle a hérité d’une villa dans les Hamptons aux Etats-Unis, dont la propriétaire était une tante au second degré nommée Dotty Weber et qu’elle ne connaît ni d’Eve ni d’Adam. Sur un coup de tête, elle décide d’aller voir son héritage de ses propres yeux. Elle se rend donc en Amérique où elle découvre cette magnifique propriété, certes un peu vétuste, mais pleine de charme. Elle découvre par la même que la maison est habitée par cinq retraités et anciens amis de sa tante Dotty : Patty, sa meilleure amie, Ornella, Eleonore, Maxwell et Frederic, tous aussi attachants les uns que les autres. Elle fait notamment la rencontre de Ted, le fils d’Eleonore qui ne la laisse pas indifférente. De cette rencontre, des liens forts se créent pour notre plus grand plaisir.

Mon avis

J’ai adoré ce roman. Le style est fluide et dynamique. On devient même totalement accro à l’histoire. L’écriture me rappelle sans hésitation les livres de Danielle Steel.

Les descriptions des paysages des Hamptons sont absolument parlantes et d’un réalisme fou. On se sent transporter en pleine campagne. On s’imagine sans mal déambuler dans les couloirs, les chambres, prendre le petit-déjeuner dans la cuisine, lire un bon livre dans le salon ou le jardin d’hiver… Et si on a envie de voir ces paysages de nos propres yeux sans acheter un billet d’avion, je vous invite à regarder les séries Revenge et Gossip Girl.

Les personnages sont absolument attachants. Linn est un personnage très sensible auquel on peut facilement s’identifier. Elle essaie à tout prix de trouver une solution pour protéger les gens qu’elle aime. J’ai également adoré le personnage d’Ornella, dynamique et touchant.

Pour autant, je regrette que certains personnages soient moins exploités que d’autres tels que Maxwell ou Eleonore…

Enfin, la fin du livre est plus qu’évidente mais en même temps n’est-ce pas pour cette raison que nous adorons les romans feel good ?

Ce roman est avant tout un roman « humain » avec des personnages tout à fait attachants et émouvants, qui n’hésitent pas à se soutenir les uns les autres.

Un passage m’a particulièrement marquée : « Le Sea Whisper Inn est en réalité une communauté de vie, de veuves et de veufs, une communauté de cœurs solitaires, un foyer pour gens ayant perdu le leur ». A mon sens, ce passage résume parfaitement le livre.

Emma Sternberg est un auteur à suivre absolument !

Ce livre est naturellement disponible aux Editions France Loisirs.

https://www.franceloisirs.com/romans/cinq-amies-au-soleil-fl10135829.html

La Reine des quiches – Sophie de Villenoisy

Un roman pétillant à dévorer d’urgence !

Le début

Murielle, 41 ans, écrit des articles dans la rubrique « animaux » du magazine Télé 7 Jours. Elle est mariée à Jérôme, photographe amateur, depuis une dizaine d’années.

Murielle est également une femme qui n’a pas eu de réelles chances dans la vie : elle a subi 7 fausses-couches, c’est une femme au physique banal, elle n’est pas proche de sa sœur Cathy, sa relation avec sa mère est quasiment inexistante et ses romans n’ont jamais été publiés.

Mais il semblerait que le bonheur arrive enfin. Antoine Gallimard lui téléphone en personne pour lui annoncer qu’il souhaiterait publier son dernier roman (et le plus personnel aussi) intitulé « Ceci est mon corps », un roman totalement provocateur. Il parle de Clara, une jeune femme stérile qui ne cesse de se donner aux hommes et plus particulièrement à des pervers sexuels. Un livre à la fois érotique et dérangeant.

Un roman qui ne manquera pas de chambouler leurs vies !

Mon avis

Malgré un ton humoristique, l’histoire traite d’un sujet tout à fait sérieux et triste, à savoir ce sentiment d’échec total que peuvent ressentir de nombreuses femmes en raison de leur situation professionnelle, familiale ou amoureuse. D’autres thèmes sont également abordés tels que la stérilité, le viol, la peur de la maternité/paternité, etc.

On parvient assez facilement à ressentir ce que peut éprouver Murielle sans pour autant s’identifier à elle, car j’ai trouvé ce personnage assez exaspérant à long terme, trop défaitiste, négatif, angoissé et manquant cruellement de confiance en soi. J’ai souvent eu l’envie de la « réveiller », un peu à l’instar de Jérôme.

Le style est mordant, je ne me suis pas ennuyée une seule minute. Par ailleurs, les chapitres sont courts ce qui permet une lecture fluide du roman.

Ce qui m’a plu également ce sont tous les personnages secondaires qui interagissent autour de Murielle et qui ont également leurs propres problèmes, leurs souffrances, leurs propres remords ou regrets face à la vie et savent également nous émouvoir. Mention spéciale pour le personnage de Jérôme.

Avec un ton à la fois humoristique et tragique, Sophie de Villenoisy allie parfaitement les deux genres. Ce roman est également émouvant.

N’hésitez donc plus à le lire ! Ce livre est disponible aux Editions France Loisirs (lien ci-dessous).

https://www.franceloisirs.com/romans/la-reine-des-quiches-fl10154078.html

Quicksand – Un réalisme à vous glacer le sang

Quicksand, une série Netflix portée par Hanna Ardehn et Felix Sandman

Le début

La série commence avec des coups de feu, le chaos, la peur, dans un lycée d’un quartier bourgeois à Stockholm. Une fusillade vient d’avoir lieu. Lorsque la police arrive sur place, elle découvre Maja, en état de choc, un fusil près d’elle et en sang. Après avoir été examinée par les médecins et hospitalisée, elle découvre qu’elle va être inculpée pour incitation au meurtre, meurtre et tentative de meurtre. Totalement désemparée, elle va devoir convaincre au procès de son innocence. Mais Maja est-elle réellement une meurtrière ou une victime ?

Mon avis

Fidèle à mes habitudes, je suis en retard quand il s’agit de regarder une série en vogue (exception pour La Casa de Papel et bientôt la saison 3 de 13 Reasons Why) mais je ne le regrette pas car j’ai pu éviter les spoilers des débuts de cette façon. Dans tous les cas, elle m’a totalement scotchée. C’est vraiment un véritable coup de coeur !

Pour la petite histoire, elle basée sur le roman du même nom de Malin Persson Giolito, disponible à la Fnac si vous voulez 🙂 Malin Persson Giolito a d’ailleurs remporté le prix  » Le Point  » du Polar européen 2018. Ce n’est pas rien, surtout lorsque l’on sait que les auteurs scandinaves brillent pas leurs polars et thrillers.

Son format court (6 épisodes de 40/45 minutes) permet de la regarder en une journée si on aime BingWatcher. Le rythme des épisodes est bien mené. Dans l’ensemble, la série est assez lente mais il y a une telle tension, l’atmosphère y est tellement glaçante, que je suis restée accrochée à mon siège, enfin mon canapé Friheten (canapé suède comme de par hasard !). Par son ambiance et sa sobriété, cette série m’a rappelé The Sinner (que j’avais adorée et dont voici la critique).

https://lalibrairieperlee.home.blog/2019/02/02/les-vieux-peches-ont-de-longues-ombres-proverbe-chinois-the-sinner-by-derek-simonds/

S’agissant des acteurs, je les ai trouvés formidables, sachant que beaucoup sont des débutants, ils jouent avec une justesse assez déconcertante. Mention spéciale au personnage de Sébastien (joué par Felix Sandman) pour qui j’ai éprouvé de la colère, du dégoût et de la tristesse). L’actrice principale Hanna Ardehn joue également parfaitement. Tout au long des épisodes, on ne cesse de se demander si elle est coupable ou victime, et ce jusqu’à la dernière minute.

Pour autant, ce n’est pas une série où je me suis identifiée à un personnage en particulier (ce n’est peut-être pas plus mal vu leurs problèmes à tous). En revanche, j’ai beaucoup aimé la relation qu’entretenait Maja et l’agente pénitentiaire, qui s’est pris d’affection pour cette adolescente paumée.

Pour autant la série n’est pas totalement parfaite (bien qu’elle s’en rapproche beaucoup), car certains éléments n’ont pas été assez développés à mon sens et j’ai trouvé la fin plutôt ouverte. Reste à savoir si Netflix confirmera une saison 2, ne serait-ce que pour répondre à certaines de nos questions.

En conclusion, c’est une série que je recommande vivement.

American Horror Horror Story – Cult

Il a été dit que la saison était de moins bonne qualité que les précédentes mais j’étais plutôt agréablement surprise.

Le résumé :

Ally et Ivy sont dévastées par les résultats de l’élection présidentielle américaine de 2016. Elles se demandent quelles en seront les conséquences sur leur couple et leur petit garçon. Kaï Anderson est quant à lui pro-Trump tandis que sa sœur, Winter, est pro-Hillary.

Kaï veut une nouvelle Amérique à l’image de Donald Trump (Make America Great Again). Grâce à son incroyable « pouvoir » de persuasion, il arrive à convaincre certains de ses concitoyens de rejoindre son mouvement, que l’on peut qualifier non sans mal de secte. Ses actes auront d’ailleurs des conséquences sur la vie d’Ally et Ivy qui vont en payer le prix fort. Une descente aux enfers commencent donc pour les deux femmes.

Mon avis :

Cette saison dénonce très clairement les problèmes actuels que rencontrent les Etats-Unis et plus largement certains pays dans le monde. On y voit une population triste et en colère qui se réfugient vers des mouvements radicaux. Une Amérique emplie de désillusion, déçue, raciste, xénophobe et violence.

Les thèmes abordés sont très divers : les sectes (petits rappels des principaux mouvements comme Charles Manson, Jim Jones), les phobies, les problèmes sociaux, les fake news, le féminisme, le harcèlement, etc.

En cela, j’ai trouvé la saison est assez complète. Contrairement à la saison 5 (Hostel), elle est cohérente du début à la fin. Attention tout de même, elle est assez malaisante par moment. Si on est trypophobe ou coulrophobe (peur des clowns) et gênée à la vue du sang, passez votre chemin.

Enfin, la série American Horror Story étant une série d’anthologie, vous pouvez sans difficulté regarder cette saison indépendamment des autres.

Je recommande donc !

Nota bene : Si vous vous posez toute sorte de questions sur l’affiche, il vous suffira juste de regarder la série et vous aurez vos réponses.

Un conte de Noël – L’enfant aux yeux bleus, Danielle Steel

Bonjour à tous,

Il n’était pas dans mes intentions de lire un livre dont l’intrigue commence à la période des fêtes mais c’est ainsi. Je pense d’ailleurs que ce sera ma dernière lecture de Noël avant le mois de novembre.

Dans tous les cas, il s’agit d’un très beau livre écrit par Danielle Steel. Pour tout vous dire j’ai eu la larme à l’œil au bout de deux chapitres.

Petit résumé :

Ginny Carter travaille au sein d’une fondation humanitaire pour les droits de l’homme. Son travail l’oblige à se rendre dans des zones dangereuses du monde afin d’aider la population. Elle se donne corps et âme à ce travail en partie pour ne plus affronter le chagrin qui la ronge, à savoir la perte de son mari et de son fils tués dans un accident de voiture où elle était présente.

C’est ainsi qu’à son retour de l’une de ses missions humanitaires et le jour d’anniversaire de leur mort, elle décide de se jeter d’un pont pour ne plus avoir à subir cette douleur. Mais tout ne se passe pas comme prévu et elle rencontre un petit garçon sans abri aux yeux bleus nommé Blue. Renonçant à son funeste projet, elle décide de le prendre sous son aile. De là s’ensuit une émouvante relation entre une mère qui ne l’était plus et un petit garçon merveilleux au passé bien triste. 

Mon avis :

Je pleure très rarement lorsque je lis un livre alors lorsque je vous dis que j’ai eu la larme à l’œil, ce fait relève de l’extraordinaire.

J’ai trouvé les personnages sincères et émouvants. Le petit garçon nommé Blue est absolument adorable. Quant à Ginny Carter, elle a une volonté de fer. Elle ne baisse pas les bras pour ce petit garçon malgré toutes les épreuves qu’elle a vécues au cours de sa vie.

L’histoire est triste pourtant on ne rentre pas dans le pathos. C’est important de le souligner. J’ai adoré la relation entre Ginny et Blue. Le lien indéfectible qui les unit. Comme quoi les liens du cœur sont tout aussi forts que les liens du sang. Enfin, accorder une deuxième chance à un enfant est le plus beau cadeau que l’on puisse faire (ayant été adopté, je peux aisément comprendre ce qu’a pu ressentir Blue).

Je vais m’arrêter là sinon je vais encore pleurer.

En conclusion, lisez-le !